Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 20:04

Initié par Orgue en France, le Jour de l'orgue veut, chaque année, rassembler et fédérer des centaines de manifestations partout en France où se trouve un orgue. Pour cette première année, l'association organise samedi 19 mai un aprés midi consacré à l'orgue:

1-JourOrgueLogo.jpg

A 15 heure à la maison des Arts, Jean Pallier secrétaire de l’Association Jean Ribot des Amis de l’Orgue de Saint-Pons, Ingénieur de formation,  mélomane passionné de technique nous montrera comment à chaque époque, on a tiré parti de la technologie disponible pour adapter l'orgue au rôle qu'on lui assignait dans la société et pour satisfaire à l'évolution des goûts musicaux. Car l'orgue est un instrument de musique très ancien. Son origine remonte au 3° siècle avant notre ére. Au fil des siécles il a considérablement évolué, sans doute plus profondément que n'importe quel autre instrument de musique.

A 16h visite des trois orgues par Paul Rodier, titulaire des orgues.

A 18h concert à l'église St. Alexandre par Marie Claude Van Maële, titulaire des orgues de St Joseph et de St Gaudérique de Perpignan. Elle nous proposera un voyage musical sur cinq siècles:


Nous commencerons par le  16ème siècle en  Espagne et en Italie avec 

1)      Antonio   CABEZON  et sa  Pavana con su glosa

                Né en 1500,  Antonio Cabezon  est aveugle. Il étudie l’orgue et la composition. A 26 ans, il  entre au service

                du roi d’Espagne Charles Quint dont  il accompagne le fils, le Prince Philippe,  dans toute l’Europe. Antonio

               Cabezon côtoie ainsi de nombreux et excellents musiciens qui  enrichissent son inspiration.              

2)      Claudio    MERULO ,  avec la 1ère partie d’une Toccata.                                                               

                          Merulo était organiste et compositeur  à  la basilique St Marc de Venise

 

Pour le 17ème siècle, voici  l’Allemagne  avec                                                                                 

3)      Johann  PACHELBEL . 

                        A 20 ans, il est  nommé  organiste de la Cathédrale de Vienne, et à 24 ans, organiste à la Cour d’Eisenach

                      où il se lie d’amitié avec le père de Jean-Sébastien Bach.  Plus tard, ses compositions pour orgue  influencent 

                      celles  de Jean-Sébastien Bach. La chaconne est une danse lente à 3 temps, d’origine latino américaine et

                       reprise, avec des variations, dans toute l’Europe, au 17ème siècle.

 

4)       Toujours pour le 17ème S. voici la France, avec  

        François COUPERIN.

             François COUPERIN est né dans une famille d’organistes parisiens. Dès l’âge de 10 ans, il assume la

            fonction d’organiste de l’église St Gervais à Paris, comme successeur de son père qui mourut l’année suivante.

           A 22 ans, il compose 2 messes pour grand-orgue : la Messe des Paroisses et la Messe des Couvents. Puis il

        est nommé organiste du roi Louis XIV. C’est à la Messe des Couvents qu’appartiennent la « Basse de trompette »

         et le « Grand Plein-Jeu » que nous allons entendre.

 

Pour le 18ème siècle, nous avons: 

5)      Jean-Sébastien BACH.                                                                                                                                    

                 Il est le génie de la musique sacrée et profane, pour orgue, pour orchestre de chambre, pour solistes et chœurs.

                Après ses magnifiques  compositions  pour le Prince de Cotten, en Allemagne, il accepte,  à  l’âge de 38 ans, le

                poste  de cantor à Leipzig, où  il compose toutes les semaines des offices religieux : des pièces d’orgue, des

                cantates, des passions… Et cela jusqu’à sa mort  en 1750.  

Nous entendrons  le 4ème mouvement de sa Pastorale, puis le petit prélude et   fugue n° 7.   

  et l’Italien Baldassare  GALUPPI   avec l’allegro de la   2ème sonate  

 

       Il écrit des opéra-bouffe sur la vie sociale de Venise, mais aussi des oratorios remarquables et des sonates pour

       clavecin ou orgue. Il est invité à jouer et enseigner dans plusieurs pays d’Europe et aussi en Russie pour travailler

       à la chapelle de la  Grande Catherine.

 

8)      Pour illustrer le 19ème siècle, époque romantique,  nous avons  

 Joseph  RHEINBERGER.

        C’est un organiste et compositeur allemand. Il fait ses études au conservatoire de Munich où il devient à son tour

        un remarquable professeur d’orgue et de composition. Ses œuvres portent la marque du romantisme de son

       époque.  Voici l’Andante en sol mineur de Josep RHEINBERGER.

 

9)      Au  20ème siècle,  le français

Louis VIERNE .

      né à Poitiers, mais il  vit à Paris dès  sa petite enfance.  Presqu’aveugle dès l’âge de 7 ans, il étudie l’orgue au

    Conservatoire de Paris avec César Franck puis Charles Widor. Il lui succède comme organiste  à St Sulpice et

    comme professeur d’orgue au Conservatoire. Il enseigne également à la Schola Cantorum . En 1900, il est nommé

   organiste de Notre-Dame de Paris, où il mourra 37 ans plus tard, dans l’exercice de ses fonctions.                       

   Voici une pièce méditative  qu’il appelle Communion.                      


 Nous  terminons  cette  heure d’orgue, avec un prélude en la mineur de Dietrich BUXTEHUDE, compositeur allemand du 17ème siècle.

Dans sa jeunesse, Jean-Sébastien BACH admirait BUXTEHUDE qui avait 48 ans de plus que lui. Et qui jouissait depuis longtemps d’une grande renommée d’organiste compositeur.  Il a beaucoup influencé les compositions de J.S. Bach, au point que certains disent qu’il était un de ses précurseurs. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by lesamisdestroisorgues.over-blog.com
commenter cet article

commentaires