Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 20:02

A l’occasion du bicentenaire de la naissance d'Aristide Cavaillé-Coll nous organisons  le samedi 9 avril, une journée Cavaillé-Coll à l’espace d’Art Contemporain de Bédarieux. Elle sera animée par G. Lartigau et K. Lueders, Président et vice-Président de l’association Cavaillé-Coll. 16h conférence sur Aristique Cavaillé-Coll « un destin exceptionnel », 17h30 visite de l’orgue de l’église St Louis, 18h concert avec des œuvres des compositeurs amis d’Aristide Cavaillé-Coll (A. Lefébure-Welly, C. Franck, A. Guilmant, J.N. Lemmens)  suivi d’un apéritif avec les vins de la haute vallée de l’Orb. 

signatureL'orgue de l'église St Louis de Bédarieux date de 1843. C'est le 17 iem  instrument sortie des ateliers Cavaillé-Coll de Paris . Il est signé Cavaillé-Coll père et fils. Réalisé pour l'église St Jérôme de Toulouse il fut inauguré le 25 décembre 1843. Le buffet est d'un style très théâtral, avec quatre colonnes ornées de céramiques avec des personnages animés de mouvement de danse. Ces colonnes seraient du céramiste Virebent. L'orgue fut vendu à la paroisse St Louis en 1877 par Batiste Puget qui le remonta sans y apporter  de modification notable. 

 

st louis2

 


 

 

Cavaillé , une dynastie de facteur d’orgue :

Tout commence avec Joseph, dominicain qui apprend la facture d’orgue avec frère Isnard, du couvent de Tarascon, qui était considéré comme le chef de file de la « facture classique » dans tout le sud de la France. Joseph enseignera ensuite la facture d’orgue à son neveu, Jean-Pierre, qui deviendra  le grand organier du Midi de la France et de la Catalogne. Il épouse en 1771 Maria-Francesca Coll. Un premier enfant nait de cette union. Suivant la tradition espagnole, le nom de la mère est ajouté à celui du père. Dominique devient donc le premier Cavaillé-Coll. Il formera ses fils Vincent et Aristide au même métier. Le décès de Maria-Francesca est à l’origine du remariage de Jean-Pierre Cavaillé-Coll avec Marguerite Fabry. Du second lit naît Martin Cavaillé-Coll - demi frère de Dominique - aussi facteur d’orgues et à l’origine d’une descendance qui représente un temps le célèbre Aristide Cavaillé-Coll et son frère Vincent pour les travaux dans la région du Midi de la France

11-03-09 21 32 22

 

La famille Cavaillé-Coll se fixe à Toulouse, en 1827. C’est là que l’aventure commence pour le jeune Aristide et son frère qui n’ont cessé de suivre leur père Dominique sur les multiples chantiers d’orgues. Mais les commandes sont rares sur Toulouse et au mois de septembre 1833, Aristide se rendit à Paris pour connaître les progrès accomplis dans la facture d'orgues. C’est là qu’il a connaissance du concours ouvert pour la construction d'un grand orgue à l'abbaye royale de Saint-Denis. Les travaux furent adjugés à MM. Cavaillé-Coll père et fils. Trois ans après la commande, l’instrument n’est pas terminé car le montage des parties mécaniques ne donnent pas satisfaction. C’est grâce à l’invention par  Charles Barker du levier pneumatique dit machine à Barker (breveté en 1839) qu’Aristide résout ses problèmes. Cette technique sera utilisée pour la première fois sur cet orgue qui sera finalement inauguré en 1841.  Plus de 500 instruments sortiront des ateliers Cavaillé-Coll entre 1839 et 1898, date à laquelle il vendit son entreprise à C. Mutin qui avait appris la facture d’orgue dans ses ateliers en 1875.

 

L’Hérault compte 8 instruments fabriqués par les ateliers A. Cavaillé-Coll :

Bédarieux  St Louis                         19 jeux (1843, ancien orgue de Jérôme  à Toulouse)

Montpellier St Denis                       29 jeux  (1846)

Montpellier St Mathieu                  22 jeux

Montpellier Séminaire                    7 jeux (1848, ancien orgue de St Paul et St Louis à Paris) 

Pézenas St Jean                                38 jeux (1853)

Lunel     Notre Dame du Lac         18 jeux (1856)

Pézenas St Ursule                            12 jeux (1856)

Gignac                                                8 jeux (1862)

(ne sont pas pris en compte les instruments déja existant sur lesquel il serait intervenu)


 

Partager cet article

Repost 0
Published by lesamisdestroisorgues.over-blog.com
commenter cet article

commentaires